Jazz avec Fred Wesley

Lorsqu’on reçoit le nouvel album de Fred Wesley, la première chose qui frappe c’est le titre. Il faut dire que With Little Help From My Friends est un titre curieux. Lorsque l’on s’appelle Fred Wesley et qu’on a  près de quarante ans de carrière derrière soi, on se dit que l’on devrait être capable de se passer de l’aide de ces amis pour sortir un disque. Surtout lorsqu’on a soi même épaulé les plus grands comme James Brown ou Georges Clinton.

Un album entre amis de Fred Wesley

fred.JPGC’est justement là que se trouve la subtilité. Lorsque l’on a une carrière aussi bien remplie que celle de Monsieur Wesley, on peut se permettre de s’amuser un peu. Que ce soit pour jouer avec de vielles connaissances comme  Pee Wee Ellis ou Macéo Parker, tout deux croisés auprès de James Brown ou permettre au méconnu mais non moins talentueux Nils Landgren de s’illustrer, il s’agit avant tout du plaisir de jouer.
With Little Help from my friends n’est donc pas un album accouché dans la douleur comme pourrait l’écrire le chroniqueur perfide avide de défoulement. C’est juste une session entre amis, comme à la maison.

Et en 40 ans, Fred Wesley a eu le temps de s’en faire des camarades. A commencer par ces alter égos au panthéon de la musique Funk que sont Pee Wee Ellis et Macéo Parker.  On retrouve le premier sur Spring Like et sur le très bon Everywhere is Out of Town. Ce morceau interprété par Willi Amrod s’éloigne un peu de la funk de Wesley pour approcher l’univers du blues. Maceo Parker signe lui un morceau sobrement intitulé Homeboy où il donne la réplique à Fred Wesley. Un morceau terriblement groovy ou l’ombre des JB’s plane forcément. On ne va pas s’en plaindre.

Autre compagnon de longue date présent sur cet album, le bassiste Dwayne Dolphin qui apporte sa technique sur le calciné Ashes To Ashes à l’accent rap 80’s avec une interprétation de Brian Cox que n’aurait pas renié Grand Master Flash lui même…

L'album With a Little Help from friends

fred-jazz.JPGWith a Little Help from friends fait également la part belle au compagnon actuel de Fred Wesley. On retrouve notamment ici John Dolgin Aka Socalled, le tonitruant MC et producteur du combo Abraham Inc formé par Fred Wesley, David Krakauer et Socalled donc. Cette formation bâtie autour du clarinettiste kletzmer David Krakauer a sorti l’an passée un excellent album  intitulé Tweet Tweet mêlant allégrement musique kletzmer, funk et hip hop. Album que j’ai beaucoup apprécié et que je recommande fortement au passage.
Quelle ne fut donc pas ma surprise de retrouver Socalled délesté de son nom de scène pour offrir à Fred Wesley, le  bien nommé Beautiful. On  est bien loin des folles envolées d’Abraham Inc.

Si la patte des invités se fait sentir, on trouve également du « pur Wesley » comme sur ce Swedish Funkballs composé par Wesley lui même accompagné par Nils Landgren. L’occasion pour ce tromboniste de jouer avec celui qu’il considère comme son modèle. Et le morceau est plutôt réussi ce qui ne gâche rien. Il donne même envie de se pencher plus avant sur la discographie de notre ami nordique.

Au final, With little Help from my friends est un album de bonne facture où l’on retrouve la volonté d’éclectisme de Wesley mais également un album qui permet de découvrir ou redécouvrir des artistes talentueux qui réchaufferont nos oreilles lors de cet hiver froid qui s’annonce. C’est toujours ça de gagner.

Les commentaires sont fermés.