• Chroniques de disques jazz

    Disque de Jean-Philippe Viret : L'indicible (Minium)

    jazz.JPGJ'avais découvert le trio du contrebassiste Jean-Philippe Viret en première partie du quartet de Wayne Shorter en 2003 au Parc Floral. Séduction immédiate pour cet alliage de swing entraînant et d'éléments plus abstraits. Après deux albums chez Sketch, le revoici sur Minium en compagnie des fidèles Edouard Ferlet au piano et Antoine Banville à la batterie. On retrouve le goût du leader - et du pianiste qui signe un certain nombre des titres de l'album - pour des architectures complexes qui n'en oublient néanmoins pas d'être expressives en matière de sentiments pour l'auditeur. 

    Disque de Jimmy Giuffre : Western Suite (Atlantic)

    Pas vraiment la plus récente des nouveautés, puisque ce disque a été enregistré en 1958. Et pourtant, quelle modernité ! L'instrumentation originale (clarinette et sax de Giuffre, trombone de Bob Brookmeyer et guitare de Jim Hall) permet au trio d'esquisser un jazz de chambre aux confins de diverses influences - du bop au third stream en passant par le cool - pour inventer un langage qui encore aujourd'hui apparaît comme un des développements les plus aventureux du jazz moderne. Jimmy Giuffre : Western Suite

    J'avais acheté ce disque suite au concert de Mop en hommage à Giuffre en février dernier. Qu'il en soit ici remercié ! Prochaine étape, la réédition ECM du trio Giuffre-Bley-Swallow.